Un cloître fleuri, petit paradis!

Quand l’espace manque dans un jardin il faut faire des choix: ombre ou lumière, couleurs des fleurs ou feuillages persistants… Voici un exemple de cloitre qui illustre parfaitement cette problématique récurrente pour le paysagiste. DSC_0899cloitre Hermitage GantoisIronie de l’histoire, de nombreux monastères, hospices ou couvents , lieux où l’on fait habituellement vœux d’humilité et de pauvreté, sont devenus de luxueux hôtels de centre ville.

les clients viennent y chercher la même chose que les anciens pensionnaires, moines et nonnes: le calme, et il faut bien avouer que cela devient un luxe de nos jours!

Lille n’échappe pas à ce phénomène. C’est aussi une façon de conserver un patrimoine exceptionnel qui autrement serait détruit.

Voici le cloître caché de l’Hermitage Gantois, hôtel installé dans les murs d’un ancien hospice fondé en 1462. Cet endroit recèle trois jardins clos, nous vous présentons la cour des Sœurs, lieu où les religieuses venaient faire une pause entre les soins aux malades.

La cour des Sœurs  est un petit jardin qui tient son charme d’un dessin classique de parterres fleuris ourlés de buis, le tout ébouriffé par une glycine qui ombre joliment un duo de bancs pour des conversations en toute intimité.

la glycine

Photo3189cloitre Hermitage Gantois
La glycine en fleurs, au mois de mai

Personnage central du cloître et star de ce petit jardin, cette glycine classée a aujourd’hui plus de 250 ans!

L’intérêt de cette plante grimpante? Elle apporte une ombre apaisante en été, mais son feuillage caduc disparait en hiver, permettant au soleil de réchauffer le cloître à volonté.

Au printemps des fleurs parfumées viennent en avril mai, puis laissent la place à un feuillage léger et délicat, vert pâle, puis vert tendre en été.

DSC_0900cloitre Hermitage Gantois
Lierre sagitté en pot sous la glycine

Sous la glycine, deux bancs se font face, un lavabos qui a contenu jadis un jardin d’herbes médicinales accueille aujourd’hui un magnifique lierre sagitté, plus raffiné et moins envahissant qu’un lierre d’Irlande, quoique… l’intérêt du lierre, c’est que l’ombre ne le dérange pas!

Au sol un gravier clair apporte de la clarté, et bien entendu les bancs sont peints en blanc, on évite l’effet « nuit » en plein jour!

Les parterres

Les parterres sont ourlés de buis et ponctués de buis taillés en boule, dessin sobre et reposant, animé de fleurs annuelles en été, des impatiens roses et blancs, relayés par des bruyères en automne et hiver.

Impatiens et bruyère
Entre les impatiens la bruyère prépare sa floraison d’automne!

Les bruyère et impatiens sont des plantes qui fleurissent bien à l’ombre, on peut donc en planter à tout endroit du cloître sans tenir compte de l’exposition au soleil, et on obtient un fleurissement homogène idéal dans ce petit jardin. Ces parterres homogènes alliés à l’absence de végétaux de grand taille agrandissent visuellement l’espace.

Ombre bienfaisante en été, ensoleillement optimisé en hiver, couleur, impression d’espace et bien être des bancs accueillants, ce petit jardin a été pensé en tout point pour que la pause des sœurs soit un moment de grâce!

DSC_0891cloitre Hermitage Gantois
ombre et parterres fleuris

Pour découvrir l’hôtel de l’Hermitage Gantois: www.hotelhermitagegantois.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s